Les cigognes en Alsace

Quel que soit son pays de prédilection, la cigogne est connue pour apporter les bébés. Les futures mamans doivent passer commande en mettant quelques morceaux de sucre sur le rebord de leur fenêtre. L'oiseau va alors chercher le bambin auprès d'une source ou d'une mare, là où les lutins ramènent des profondeurs de la terre les âmes tombées du ciel avec la pluie, et réincarnées en nouveau-nés. Il semble que les cigognes, fréquentant les zones humides pour leurs besoins alimentaires, aient ainsi remplacé depuis le siècle dernier les lutins, qui étaient dans des temps plus anciens préposés à la livraison des bébés. Si une cigogne s'est posée sur votre maison, elle devient votre porte-bonheur dans presque tous les domaines : fécondité et fidélité en premier lieu, mais aussi richesse, santé, protection contre la foudre, bénédiction de la ville entière où elle a élu domicile, etc. Cette quantité de vertus lui a sans doute été attribuée dans les siècles passés parce qu'elle débarrassait les champs et marécages des serpents et d'autres animaux peu appréciés par les habitants.

 

   

 

"Storich, Storich, Guter
bring mir einen kleinen Bruder
Storich, Storichn Bester
bring mir'ne kleine Schwester"

"Cigogne, cigogne, ma chère
apporte moi un petit frère
Cigogne, cigogne, ma très chère
apporte-moi une petite soeur"

 

I. Evolution des populations de cigogne

En France, la population, qui s'est longtemps limitée à l'Alsace, a été fortement touchée par le déclin observé dans la sous-population Ouest-européenne à partir des années 60. Dans les années 50, on comptait environ 130 couples de cigognes blanches installées en Alsace. La population était stable, et dans le reste de la France, les observations de cigognes nicheuses étaient sporadiques. A partir de 1961, la population alsacienne a décliné rapidement, et à raison de plus de 10 nids perdus par an et jamais remplacés, il ne restait plus que 9 couples nicheurs en 1974.

Source : Encyclopédie d'Alsace et Mme Picamelot  

II. Actions de réintroduction de la cigogne blanche

Un parc de réintroduction de la Cigogne blanche à Turckheim

 
  Un article issu de la presse alsacienne  
Le parc de Turckheim est organisé de telle façon que les cigognes prisonnières restent à proximité immédiate de nids qui, comme celui de la partie supérieure de l'image, sont occupés par des oiseaux libres. Le nid inférieur est au contraire à l'intérieur de l'enclos.  
     
   
     

" En complément des données disponibles par l'utilisation des bagues d'identification des cigognes, le suivi par satellite s'avère être la technique la plus appropriée pour obtenir des données individuelles sur les déplacements des jeunes cigognes quelques semaines après le départ théorique en migration. "

 
     

Les actions de réintroduction ont rapidement porté leurs fruits, et les effectifs nicheurs ont augmenté lentement jusqu'en 1987, puis ont présenté une croissance beaucoup plus rapide. En 1995, plus de 160 couples étaient recensés en Alsace, et plus de 250 en 2000. Ces cigognes sédentarisées, nouvelles bases de la population Ouest-européenne, se sont immédiatement intégrées à la population sauvage existante.

La population alsacienne de cigognes est donc maintenant un peu moins "naturelle" qu'il y a 30 ans, mais elle est toujours en expansion. Cependant, aucune donnée actuelle ne permet d'affirmer qu'elle ne diminuerait pas à nouveau si les réintroductions étaient stoppées ou si le nourrissage hivernal était suspendu.

Parallèlement à la remontée des populations à l'Est de la France, une population "sauvage" est en cours d'implantation dans une toute autre région de l'hexagone. En effet, depuis 1978, on a enregistré une nette recrudescence des couples nicheurs dans l'Ouest du pays, et plus spécialement de la Vendée au Pays Basque. Le département de la Charente-Maritime semble particulièrement apprécié de l'échassier avec 43 couples recensés en 1995 et sans doute près de 100 couples nicheurs en 2001.

Retour