Les migrations des cigognes

I. Les migrations des cigognes blanches

La Cigogne blanche est un oiseau migrateur. Ainsi, avant l'arrivée de la mauvaise saison, au mois d'août, elle part vers les pays chauds. Les jeunes cigognes y restent 3 ans et reviennent dans leur région d'origine lorsqu'elles sont sexuellement matures. Les cigognes adultes, quant à elles reviennent chaque printemps. Contrairement aux idées reçues, la migration de la cigogne blanche n'est pas due à un refroidissement des températures mais à un manque de nourriture durant la mauvaise saison.
 

Calendrier de migration des Cigognes blanches

Milieu juillet - début août

Dispersion des juvéniles

Août - septembre

Migration

Novembre - décembre

Arrivée dans les quartiers les plus méridionaux

Janvier - février

Début du retour

 

   
     
Ces cigognes blanches traversent la Méditerrannée par le détroit de Gibraltar.    
     
   
Museum Fribourg (CH)    
     
La majorité des cigognes d'Europe de l'Ouest qui ont été suivies hibernent en Afrique de l'Ouest et plus précisément en Mauritanie.    
   
 

Source de la carte :

http://mrw.wallonie.be/dgrne/ong/aves/COA/cigogne2.htm

Migration de cigognes blanches balisées en Belgique

 

Les cigognes blanches provenant de Belgique qui ont été suivies migrent vers des zones d’hivernage en Afrique de l’Ouest.

     
http://capi.internet.cz/mapy.htm
  Cette cigogne blanche partant d'Europe de l'Est a effectué un voyage très long. En effet, elle a passé par la Turquie et par l'Egypte pour hiberner en Afrique du Sud.

 

Un bilan :

Source de la carte :

http://www.cigogne-loutre.com/html/migrcigogne.html

Les renseignements fournis par cette carte sont essentiellement le bilan des opérations de baguage des cigognes.

L'aire de répartition des cigognes en Europe est scindée en deux parties : la première couvre l'Europe de l'Ouest, la seconde, le centre et le sud-est de l'Europe, ainsi que la Russie blanche.

La première population suit une voie de migration passant par la péninsule ibérique et par le détroit de Gibraltar (environ 28000 couples reproducteurs en 1994/1995) .

La deuxième population passe par le détroit du Bosphore (environ 138000 couples reproducteurs).

Les deux sous-populations ainsi formées atteignent toutes deux les quartiers d'hivernage en Afrique.

   

II. Les dangers de la migration

  On remarque que cette cigogne blanche ne se déplace plus, pourtant sa balise émet encore un signal.
     
 

Dominique et Sarah sont morts électrocutés par des lignes de haute tension.

La migration des cigognes est source de danger.

     
 

On remarque que cette cigogne a essayé de migrer par une voie inhabituelle : la mer Méditerrannée, mais en cours de route elle s'est sans doute noyée.

Le type de vol principalement utilisé par les cigognes au cours de ses déplacements pose un problème majeur. En effet le vol plané exige des ascendances thermiques or pour la traversée de la mer Méditerranée elles rencontrent de réels problèmes, car peu d'ascendances d'air chaud se forment au-dessus de l'eau.

Les principaux dangers auxquels semblent exposées les cigognes sont les lignes électriques, les châteaux d'eaux ou plusieurs cigognes se sont noyées et bien sûr la mer.

III. Migration des cigognes noires

Source : http://www.onf.fr/foret/faune/cigognes/migrcig.html    
   
Cette carte montre que les cigognes noires françaises qui ont été suivies hibernent en Afrique de l'Ouest comme les cigognes blanches et passent par le détroit de Gibraltar.
 
Les cigognes noires d'Europe centrale  
 

 

Source : http://capi.internet.cz/mapy.htm  
   
En Europe de l'Est, les Cigognes noires qui ont été suivies migrent vers l'Afrique par deux trajets differents (Espagne ou Turquie).  
   
 

Source : http://www.onf.fr/foret/faune/cigognes/migrcig.html

 

Carte extraite de "science & nature" spécial Cigogne Noire

 

Les Cigognes noires d'Europe de l'Ouest migrent chaque automne vers l'Afrique de l'Ouest: Sénégal, Mali, Mauritanie, jusqu'au Ghana. Les Cigognes qui ont été suivies par balises Argos, ont pour l'instant toujours emprunté la voie des Pyrénées occidentales. Mais il existe apparemment une voie de migration par le couloir rhôdanien et les Pyrénées orientales, qu'utiliseraient un petit nombre de Cigognes.

Quant à celles d'Europe de l'Est, elles migrent en partie vers l'Afrique de l'Est et le Moyen-Orient, en passant par le Bosphore.

Les voies de migration des cigognes noires et blanches sont apparemment similaires. Dans tous les cas, c'est au-dessus des continents que se passe l'essentiel des vols migratoires. Cette caractéristique semble liée au vol plané qui exige des ascendances thermiques importantes, plus rares au-dessus des mers que des terres.

Retour